21 janvier 2018

Tremplin, la jeunesse

Encore un mot sur des lectures croisées. Au sortir de l'enfance de Paul Audi (Verdier, 2017) a fait mon automne. Depuis, mille et un échos de d'autres lectures me renvoient à cet essai qui tente en fait d'éclairer le passage singulier de l'adolescence vers l'âge adulte. C'est le cas de la citation qui va suivre et qui évoque la camaraderie de jeunes garçons entre deux versants, pensionnaires dans un collège. Ça me saute aux yeux. Il faut bien noter que nous ne sommes pas du tout dans l'ambiance de Les Désarrois de l'élève Törless. Au fait, je n'ai pas moi-même été pensionnaire, bien qu'il en fut question à mon entrée au secondaire; ma mère m'avait envoyé passer une fin de semaine au Mont-Sacré-Coeur de Granby, pour voir... Je ne crois pas avoit dit alors un mot pour ou contre, j'étais un peu dépassé, mais ça ne s'est pas avéré. C'est donc plutôt, soir et matin, en autobus, la grand-jaune, que j'ai fréquenté en ville les écoles secondaires qui n'étaient pas " mixtes " à l'époque. C'était passablement épuisant, le voyagement... C'est là que se sont forgées les amitiés les plus profondes de ma vie.
" Nous avions seize ans, ce que les grands appelaient " la vie " n'était pas commencé encore, nous étions innocents et pervers dans le même battement de paupières. Bien sûr, de temps à autre une certaine hâte de nous convertir au catéchisme de la vision commune nous taraudait, une espèce de honte, déjà, mêlée au désir d'en finir avec l'enfance enfermeuse. Mais, dans l'ensemble, nous étions inimaginablement contents d'être vivants, à la fois dociles comme des enfants d'école et tourmentés comme des diables. Je suis sûr que tu sais de quoi je parle." 
- Robert Lalonde, La liberté des savanes, carnets, Boréal, 2017, p. 78.

Beyries & Cormier : J'aurai cent ans

Si triste, si magnifique!

Paroles de Maxime Le Flaquais.

Avec une pensée pour Anneaux Nîmes 

19 janvier 2018

François Girard sur la " terre des Âmes "

Il y a des lunes de cela, peut-être autour de 1993, dans le sillage de 32 films brefs..., Le Devoir avait publié en première page une interview coiffée d'une photo rigolote de François Girard jeune qui tenait son chien par le cou. C'était vraiment cool. J'ai beaucoup aimé ce film sur Gould, bien sûr Le Violon rouge, et beaucoup aussi Soie. J'ai hâte de voir Hochelaga. Par un bel adon, j'ai écouté cette semaine en rediffusion à la radio un entretien qui date de février 2017. Girard, d'un naturel réservé, est une montagne de culture. Il considère que Hochelaga est une fresque politique sur l'identité. Mais ce fils de St-Félicien qui a tout du " pure laine " est à des années-lumière du repliement. " Je m'inscris dans une mouvance d'intellectuels contemporains, ajoute-t-il, de réappropriation de nos vraies origines, qui sont ni françaises, ni anglaises, mais amérindiennes. Notre culture et esprit collectif, nos valeurs, notre rapport au territoire, sont tous amérindiens. Ils ont été nos guides et on garde de ça des traces importantes, effacées dans toutes sortes de réécritures de l'histoire ". C'est peut-être là un sentiment underground vécu sous le mode de la solitude québécoise, parfois la honte, mais il me semble certains jours que nous savons cela au plus profond de nous-mêmes.

http://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/les-grands-entretiens/segments/entrevue/15495/francois-girard-cineaste-hochelaga-creation

https://youtu.be/V9DUrkqMhGg



10 janvier 2018

Nunavik : le Nord du Nord vu par Émilie Dubreuil

Magnifique Émilie Dubreuil hantée, chargée des silences escarpés du Nord. Elle me précède dans mon rêve d'aller au Nunavik, cette belle et vaste tête haute du Québec septentrional qui regarde de profil... 500 000 km2, 36 % du territoire québécois. Dans mon ancienne vie de négociateur de contrats d'approvisionnement, j'ai souventes fois eu l'occasion de communiquer d'un lointain bureau de Montréal avec Kativik et Makivik, notamment pour la construction de l'aéroport de Kuujjuaq. J'adorais ça! Passé proche de me rendre sur place à l'inauguration, mais cela ne s'est pas matérialisé pour des raisons techniques. Mon rêve n'en est que plus personnel depuis lors. Merci Émilie Dubreuil!

Le grand silence du Nord
La carte du Nunavik ( source Makivik)


02 janvier 2018

Margaret Atwood et la bonne vieille praxis

Lu ce matin ce texte très riche de Margaret E. Atwood daté du 7 décembre 2017 dans Medium. De son point de vue de " stricte agnostique ", comme elle l'exprime elle-même, elle embrasse de façon humaine, précise avec beaucoup d'humour l'univers des croyances à travers le temps, le pluralisme des religions notamment - qui inquiète tant de personnes comme on a pu le lire encore dans la page opinions du Devoir sous la plume, un peu faible ici à mon avis, de Jacques Godbout. " Are you what you say you believe, or are you what you actualy do? ", demande Atwood. Ce faisant, la " romancière de l'année " revient sur la publication de La servante écarlate et pose en perspective sa formation littéraire, mais plus avant encore son enfance, les années d'écoles, l'ambiance de la pensée scientifique de son milieu familial... C'est magnifique et exemplaire d'une pensée qui apporte de la profondeur à la compréhension de la modernité et des sources de soi, pour paraphraser Charles Taylor. Question d'identité en somme. J'apporterais une petite correction factuelle lorsqu'il est fait mention des structures scolaires confessionnelles encore en place au Canada : ce n'est bien sûr plus le cas au Québec.

The Battle between Belief and Action

Vague de froid qui perdure, mais...

C'est ici que je veux vivre!
- Monique Leyrac, sur des paroles de Luc Plamondon

https://www.youtube.com/watch?v=IcSPmhRuM70&sns=em
https:/


27 décembre 2017

La vie sur Mars...

Un jour j'ai entendu Paul Auster à la radio dire grosso-modo ceci à propos des écrivains : peu importe leur sexe, leur classe sociale, leur nationalité, ils et elles viennent tous de la planète Mars. Si l'on en juge par le gros bout de la lorgnette d'une autre planète qu'on appelle Jazz, la vie sur Mars est bien intense, en tout cas celle déclinée ici par Ethan Iverson et ses complices!

https://m.youtube.com/watch?feature=share&v=FyjHeigTaS0
https://youtu.be/FyjHeigTaS0